slideshow01.jpgslideshow01a.jpgslideshow01b.jpgslideshow02.jpgslideshow02a.jpgslideshow02b.jpgslideshow03.jpgslideshow03a.jpgslideshow04.jpgslideshow04a.jpgslideshow04b.jpgslideshow05.jpgslideshow05a.jpgslideshow06.jpgslideshow06a.jpgslideshow07.jpgslideshow08.jpgslideshow08a.jpgslideshow09.jpgslideshow09a.jpgslideshow10.jpgslideshow10a.jpgslideshow11.jpgslideshow11a.jpgslideshow11b.jpgslideshow12.jpgslideshow12a.jpgslideshow13.jpgslideshow13a.jpgslideshow14.jpgslideshow15.jpgslideshow16.jpgslideshow16a.jpgslideshow17.jpgslideshow18.jpgslideshow19.jpgslideshow20.jpgslideshow20a.jpgslideshow21.jpgslideshow22.jpg

Suivez les informations sur les pandas sur les réseaux sociaux : FACEBOOK et TWITTER !

Actualités de l'année 2013

 

13 février 2013 : La réforme de la forêt collective en Chine serait dommageable pour l'habitat du panda :

 

Des scientifiques chinois et américains s'inquiètent d'une réforme récente du système de propriété forestière collective en Chine, réforme qui conduirait à ébranler les efforts passés pour la conservation du panda géant et de son habitat. Universitaires chinois et membres de l'association Conservation International, ils ont publié la semaine dernière une lettre ouverte dans la revue scientifique Science où ils expliquent en quoi cette réforme serait susceptible d'impacter négativement l'habitat du panda.

La réforme forestière visée concerne 167 millions d'hectares de forêts dont 345 700 hectares dans l'habitat du panda - soit 15% de l'habitat total du panda qui a été évalué à 2 304 991 hectares lors du troisième recensement officiel des pandas sauvages et de leur habitat qui s'est déroulé de 1999 à 2003 et dont les résultats ont été publiés en 2004.

Cette réforme de la forêt collective chinoise permet aux foyers agricoles individuels de transférer ou de louer leurs droits forestiers à des entreprises extérieures.

Dr. Russell Mittermeier, co-auteur de la lettre et président de Conservation International, explique : « Ce changement place ces habitats vitaux potentiellement sous la menace de l'exploitation forestière commerciale, de l'augmentation de la collecte de bois de chauffage et de produits forestiers par des entreprises extérieures, et d'autres activités de développement commercial. Malheureusement, cela conduirait à la déforestation, la dégradation ou la perturbation  de jusqu'à 15% de l'habitat naturel restant des pandas géants ».

Li Zhang, un scientifique basé en Chine de l'association Conservation International, précise : « La réforme est en contradiction avec les grandes étapes que le gouvernement chinois a entrepris pour la conservation du panda géant dans les dernières décennies. Le gouvernement a désigné des réserves naturelles qui placent sous protection plus de 60% de l'habitat sauvage restant du panda, a amélioré l'habitat en reboisant ou en restaurant les forêts et en restreignant leur accès aux hommes, a augmenté le nombre et la capacité du personnel forestier dans ces secteurs, a strictement interdit la chasse de l'espèce, et a mis en œuvre des nouvelles techniques d'élevage en captivité. [...] Il serait inexcusable de renverser ces grandes réalisations pour ces créatures majestueuses et les efforts récents de notre pays pour la conservation du panda ».

Dans l'article, les chercheurs proposent à la place la compensation écologique comme solution pour protéger l'habitat du panda géant tout en offrant un revenu pour les communautés locales. L'éco-compensation est une stratégie nouvelle de conservation dans laquelle le gouvernement chinois rachète les droits de développement des communautés locales afin de garantir la durabilité des services écosystémiques. Dans le cadre d'accords d'éco-compensation, les communautés mettent en place des systèmes de gestion contractuelle qui mettent l'accent sur la prise de décision participative et la co-gestion des ressources naturelles.

Un programme de compensation écologique permettrait de réduire les menaces pour les pandas et leur habitat, tout en respectant l'objectif de la réforme forestière qui vise à augmenter les retombées économiques locales en rachetant les droits de développement de certaines communautés dans les zones d'habitat des pandas.

Les auteurs de la lettre espèrent que le gouvernement chinois mettra en œuvre la compensation écologique dans ces zones. Cependant, avec la politique actuelle de réforme de la propriété forestière collective, une autre option serait que la société civile achète ces forêts collectives pour établir des secteurs protégés par le biais de tels accords de conservation avec les communautés locales.

Enfin, les auteurs argumentent que des paiements efficaces de compensation écologique à hauteur de 240 millions de dollars US (environ 178 millions d'euros) permettraient d'éviter le déclin de la population de panda géant ; tandis qu'une enveloppe supplémentaire de 2 252 millions de dollars US (environ 1 671,5 millions d'euros) pour une éco-compensation efficace et pour la restauration de l'habitat potentiel permettrait d'espérer une augmentation de 40% des effectifs de pandas sauvages.

La Chine a déjà dépensé plus de 100 milliards de dollars (plus de 74 milliards d'euros environ) pour l'éco-compensation pour racheter les droits de développement des communautés locales pour assurer la fourniture continue de services écosystémiques.

 

Auteur : Jérôme POUILLE

Sources : Conservation International (CI), Science, Li Zhang

 

Résumé anglais - English abstract :

Giant panda habitat threatened by forest reform (by CI)

China’s recent achievements in giant panda conservation are at risk of being undermined by the reform of its system of collective forest tenure, said Conservation International scientists in a letter published in the journal Science. The reform of China’s 167 million hectares of forest -- 345,700 hectares of which constitutes 15% the panda’s remaining habitat -- enables individual farming households to transfer or lease operation rights to outside enterprises.

Dr. Russell Mittermeier, co-author of the letter ‘Eco-compensation for giant panda habitat’ and President of Conservation International (CI), said: ‘This change puts these vital habitats potentially under threat from commercial logging, increased collection of firewood and non-timber forest products by outside enterprises, and other commercial development activities. Sadly, it would threaten to deforest, degrade or disturb up to 15% of the remaining giant panda habitat.’

Li Zhang, scientist of Conservation International China, said: ‘The reform contradicts the great steps the Chinese government has taken to conserve the giant panda in recent decades. The government has designated 63 panda reserves which constitute over 60% of the panda’s remaining wild habitat, improved the species’ endangered habitats by reforesting or restoring native forests and restricting human access to these, increased the number and capacity of forestry staff in these areas, strictly banned hunting of the species, and pioneered captive breeding techniques.  As a result of these efforts, the official number of giant pandas in the wild has increased to nearly 1,600 from less than 1,000 in the late 1980s. It would be inexcusable to reverse this great achievement for these majestic creatures and our country’s recent conservation efforts.’

In the letter Zhang and other CI scientists proposed “eco compensation” as a solution to protect the giant panda’s habitat while providing an income to the local communities. Eco-compensation is a new conservation strategy in which the Government of China buys back development rights from local communities in order to secure the continued provision of ecosystem services.  As part of eco-compensation agreements, communities establish contractual management systems that emphasize participatory decision-making and co-management of natural resources.

Zhang advised, ‘an “eco compensation” program would reduce this threat to the giant panda and their habitat, while fulfilling the intention of the forest reform to increase local economic benefits by buying back certain development rights from communities within panda habitat areas. It is our hope that the Government of China will issue eco compensation for these areas. However with the current collective forest tenure reform policy, another option would be that civil society purchases those collective forests to establish community protected areas through such conservation agreements with local communities.’

Effective eco-compensation payments of $240 million USD could prevent an estimated 15% decline in the giant panda population, while an additional $2,252 million USD for effective eco-compensation and restoration of potential habitat could restore the giant panda population to an estimated 40% above current levels. China has spent more than $100 billion USD on eco-compensation to buy back development rights from local communities to secure the continued provision of ecosystem services.

 

Pour en savoir plus :

        > Répartition et habitat du panda géant

        > Menaces qui pèsent sur les populations sauvages de grands pandas dont la disparition et la fragmentation de son habitat

        > Les réserves naturelles pour protéger l'habitat du panda : Fin 2009, la Chine compte 67 réserves naturelles pour la protection des populations sauvages de pandas

        > Liste des réserves naturelles de l'habitat du panda (PDF)