slideshow01a.jpgslideshow01b.jpgslideshow01c.jpgslideshow01d.jpgslideshow02a.jpgslideshow02b.jpgslideshow02c.jpgslideshow02d.jpgslideshow03a.jpgslideshow03b.jpgslideshow03c.jpgslideshow03d.jpgslideshow04a.jpgslideshow04b.jpgslideshow04c.jpgslideshow04d.jpgslideshow05a.jpgslideshow05b.jpgslideshow05c.jpgslideshow05d.jpgslideshow06a.jpgslideshow06b.jpgslideshow06c.jpgslideshow06d.jpgslideshow07a.jpgslideshow07b.jpgslideshow07c.jpgslideshow07d.jpgslideshow08a.jpgslideshow08b.jpgslideshow08c.jpgslideshow08d.jpgslideshow09a.jpgslideshow09b.jpgslideshow09c.jpgslideshow09d.jpgslideshow10a.jpgslideshow10b.jpgslideshow10c.jpgslideshow10d.jpgslideshow11a.jpgslideshow11b.jpgslideshow11c.jpgslideshow11d.jpgslideshow12a.jpgslideshow12b.jpgslideshow12c.jpgslideshow12d.jpgslideshow13a.jpgslideshow13b.jpgslideshow13c.jpgslideshow13d.jpgslideshow14a.jpgslideshow14b.jpgslideshow14c.jpgslideshow14d.jpgslideshow15a.jpgslideshow15b.jpgslideshow15c.jpgslideshow15d.jpgslideshow16a.jpgslideshow16b.jpgslideshow16c.jpgslideshow16d.jpgslideshow17a.jpgslideshow17b.jpgslideshow17c.jpgslideshow17d.jpgslideshow18a.jpgslideshow18b.jpgslideshow18c.jpgslideshow18d.jpgslideshow19a.jpgslideshow19b.jpgslideshow19c.jpgslideshow19d.jpgslideshow20a.jpgslideshow20b.jpgslideshow20c.jpgslideshow20d.jpgslideshow21a.jpgslideshow21b.jpgslideshow21c.jpgslideshow21d.jpg

Suivez les informations sur les pandas sur les réseaux sociaux : FACEBOOK et TWITTER !

 

 

 

Accès rapide aux chapitres de la page :

         Le centre de sauvetage et de recherche sur les animaux sauvages du Shaanxi

         La base de recherches de Chengdu sur l'élevage du panda géant

         La base de Ya'an Bifengxia du Centre Chinois de Recherches et de Conservation du Panda Géant

 

 

En plus des zoos traditionnels chinois qui hébergent des pandas géants captifs dans un but de présentation au public de l'espèce mais aussi de sensibilisation, la Chine compte à ce jour trois grandes institutions qui hébergent une population captive de pandas géants suffisamment importante en terme de nombre d'individus pour élever l'espèce en captivité c'est-à-dire faire reproduire les adultes et prendre soin des jeunes auxquels ils donnent naissance.

 

Ces trois institutions sont les suivantes :

     - le centre de sauvetage et de recherche sur les animaux sauvages du Shaanxi (Shaanxi Province Wild Animal Rescue & Breeding Center, souvent abrégé SWARC pour Shaanxi Wild Animal Rescue Center). Cette institution se compose du centre principal de Louguantai et de deux annexes, la base de Taping connue aussi sous le nom de base de Hanzhong dans le comté de Foping, et la base de Huayang dans le comté de Yangxian. La base de Hangzhong est présentée comme une base dédiée à la mise en œuvre d'expérimentation de réintroduction, même si dans la réalité pour l'instant cette base remplie plutôt le rôle d'une antenne de Louguantai sans réel objectif de réintroduction derrière (lire le chapitre consacré à cette base sur la page dédiée à la réintroduction de pandas captifs dans le milieu naturel).

     - la base de recherches de Chengdu sur l'élevage du panda géant (Chengdu Research Base of Giant Panda Breeding ; abrégé CRBGPB), qui comprend la base principale dite de Chengdu et la vallée du panda à Dujiangyan connue également sous le nom de Centre de Dujiangyan Chengdu de recherches sur le terrain sur les pandas géants (Dujiangyan Chengdu Field Research Center for Giant Pandas). Cette seconde base à Dujiangyan est destinée à la mise en œuvre dans le futur d'un programme visant à la réintroduction de pandas captifs dans le milieu naturel ; dans l'attente de l'achèvement de sa construction, elle remplit le rôle d'une annexe de la base de Chengdu (lire le chapitre consacré à cette base sur la page dédiée à la réintroduction de pandas captifs dans le milieu naturel).

     - le centre chinois de recherches et de conservation du panda géant (China Conservation and Research Center for the Giant Panda ; abrégé CCRCGP). Le CCRCGP se compose à ce jour de la base de Bifengxia à Ya'an, de la base de réintroduction d'Hetaoping et du centre vétérinaire de Dujiangyan (ce dernier étant aussi connu sous les noms de centre vétérinaire de Juandongguo Shiqiao ou de Qingchengshan). Il comptait auparavant l'ex-centre de Wolong, détruit par le séisme meurtrier de mai 2008, dont une partie constitue aujourd'hui la base d'Hetaoping (lire le chapitre consacré à cette base sur la page dédiée à la réintroduction de pandas captifs dans le milieu naturel). En remplacement du centre de Wolong était prévu le centre vétérinaire de Dujiangyan déjà en service et une autre base, à Gengda, dite base de Shengshuping, mais elle est toujours en construction et demeure inachevée.

 

Ces institutions jouent également un rôle majeur dans la recherche scientifique de l'espèce, notamment sur les thèmes propres à la vie de l'espèce en captivité (comportement, caractéristiques de la reproduction, étude des naissances, croissance et développement des jeunes, physiologie des pandas, médecine vétérinaire, soins, pathologie, endocrinologie, nutrition, communication, génétique...). La population ex situ de pandas géants est une opportunité unique de créer la connaissance scientifique. Il existe de nombreux exemples d'informations et d'outils générés à partir d'études ex situ et qui peuvent être appliqués aux pandas sauvages. De plus, la population sauvage étant menacée, la population captive est une "assurance" contre la perte de diversité génétique, contre la perte de populations ou de l'espèce entière. Sans oublier enfin l'objectif d'éducation à la conservation, de sensibilisation des visiteurs, de la diffusion d'informations et de connaissances. L'éducation à la conservation est un élément clef de tout programme de conservation et une meilleure connaissance de l'espèce entraîne le désir de mieux la protéger. L'éducation à la conservation doit se faire à la fois à l'échelle locale, auprès des populations qui vivent dans ou autour de l'habitat naturel du panda, mais aussi à des échelles plus éloignées, que ce soit en Chine ou partout dans le monde. Au-delà du panda, l'éducation à la conservation est aussi bénéfique aux espèces animales et végétales dans leur ensemble ; mieux comprendre le fonctionnement de la nature permet de mieux la respecter.

Ces institutions remplissent également un rôle de recueil de pandas sauvages trouvés blessés, affamés, malades ou abandonnés (bébés). Elles sont équipées pour administrer les soins urgents aux pandas sauvages qui en ont besoin et assurent une convalescence aux animaux qui le nécessitent.

Enfin, l'objectif final des programmes d'élevage en captivité étant la réintroduction de pandas captifs dans le milieu naturel, ces institutions jouent et vont jouer dans le futur un rôle majeur pour la mise en œuvre de cet objectif. Ce point est cependant détaillé dans la page spécifique consacrée aux programmes de réintroduction.

 

Pour en savoir plus : La réintroduction de pandas captifs dans le milieu naturel, expérimentation passée et programmes futurs

 

Localisation des 3 centres actuels de recherche scientifique et d'élevage du panda géant
ainsi que du centre de Wolong détruit par le séisme de mai 2008 :

1 - Centre de sauvetage et de recherche sur les animaux sauvages du Shaanxi (SWARC)
2 - Base de recherches de Chengdu sur l'élevage du panda géant (CRBGPB)
3 - Base de Ya'an Bifengxia du Centre Chinois de Recherches et de Conservation du Panda Géant (CCRCGP > Ya'an Bifengxia)
4 -  Ex-centre de Wolong  (CCRCGP > Wolong) et actuelle base d'Hetaoping (CCRCGP > Hetaoping) 
du Centre Chinois de Recherches et de Conservation du Panda Géant

 

 

 

Le centre de sauvetage et de recherche sur les animaux sauvages du Shaanxi

 

Le centre de sauvetage et de recherche sur les animaux sauvages du Shaanxi (Shaanxi Province Wild Animal Rescue & Breeding Center, souvent abrégé SWARC pour Shaanxi Wild Animal Rescue Center) (陕西省珍稀野生动物抢救饲养研究中心简介) se situe dans la ville de Louguantai, comté de Zhouzhi, province du Shaanxi ; à environ 75 kilomètres de la ville de Xi'an.

 


L'entrée du centre de sauvetage et de recherche sur les animaux sauvages du Shaanxi, 17 juillet 2013- © Jérôme POUILLE

 

 


Carte de localisation de la base de Louguantai (point bleu) à l'Ouest de Xi'an, capitale de la province du Shaanxi

 


Les Monts Qinling, habitat du panda, servent de toile de fond à la base de Louguantai - 17 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE

 

Cette base de Louguantai a été établie en 1987, occupe environ 14 hectares et se situe au pied des Monts Qinling, un des six grands Monts habités par les pandas sauvages. La vocation principale de ce centre est d'apporter les soins aux animaux sauvages retrouvés blessés ou malades dans les Monts Qinling. Il joue également un rôle dans l'élevage en captivité du panda géant, dans l'éducation à la protection de la vie sauvage, et dans la recherche scientifique. Environ 60 personnes y travaillent. Au sein de la base est implanté un laboratoire d'Etat de conservation des ressources génétiques des espèces en danger rattaché à l'Université de Zhejiang.

 


Des allées fleuries permettent de découvrir la base et ses différents pensionnaires - 16 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE

 


Bâtiment du laboratoire de conservation des ressources génétiques des espèces en danger, sous tutelle de l'Université de Zhejiang
16 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE

 

Les espèces que la base de Louguantai abrite, outre le panda géant, sont le rhinopithèque de Roxellane, le takin, l'ibis nippon (Nipponia nippon), le hokki brun (Crossoptilon mantchuricum), le cerf de Thorold ou cerf au museau blanc (Cervus albirostris ou Przewalskium albirostris), le panda roux, l'ours noir d'Asie, la panthère, et d'autres espèces d'oiseaux y compris des chouettes. La base de Louguantai est une base pour la reproduction de l'ibis nippon et fournit des lots d'animaux pour des projets de réintroduction.

 


Le takin doré, une sous-espèce de takin nommée parfois takin du Shaanxi, et endémique à la Chine - 16 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE

 


26 ans après son ouverture, cette base n'a bénéficié que peu d'entretien et de valorisation, et donc apparaît comme assez peu moderne et dispose d'enclos notamment intérieurs peu fonctionnels et donc peu adaptés à l'hébergement d'animaux pour la plupart issus du milieu naturel et sauvés pour des raisons multiples. Les pandas géants sont privilégiés dans cet état des lieux mais bien d'autres espèces, notamment les oiseaux, les pandas roux, les ours, les singes, ou encore les takins, sont hébergés dans des enclos petits, bétonnés, et sans aucun enrichissement environnemental pour les animaux. L'impression laissée au visiteur est donc plutôt négative, et ce centre sous tutelle de l'Association chinoise de conservation de la vie sauvage (China Wildlife Conservation Association - CWCA), elle-même rattachée au Ministère chinois des Forêts (State Forestry Administration), est peu fonctionnel. D'ailleurs, un nouveau centre est en construction à un quart d'heure à pied au Sud du centre actuel et devrait ouvrir peut-être en 2014, selon l'avancement des travaux et l'obtention de financements.

A noter que le Centre de sauvetage des animaux sauvages du Shaanxi (Shaanxi Wild Animal Rescue Center) regroupe en fait plusieurs bases, dont celle de Louguantai, la première ouverte. Deux autres bases, une dans la vallée de Taping à Hanzhong (comté de Foping) et la seconde à Huayang (comté de Yangxian) hébergent au cas par cas des pandas.

La base de Taping, inaugurée le 16 septembre 2009, a pour objectif spécifique l'entraînement de pandas captifs à vivre dans des conditions plus naturelles. Cependant, les informations émanant de cette base sont trop rares, voire parfois contradictoires,  et l'examen des photos et des articles de presse montre que cette base semble plutôt être pour le moment une annexe de celle de Louguantai sans réel objectif de réintroduction derrière. Il semblerait que des pandas y soient transférés puis repartent vers le centre principal (lire le chapitre consacré à cette base sur la page dédiée à la réintroduction de pandas captifs dans le milieu naturel).

La base de Louguantai est devenue une base majeure en Chine d'élevage en captivité du panda géant. En terme de nombre de pandas hébergés, elle arrive en troisième position après la base de Ya'an Bifengxia et la base de Chengdu. Depuis quelques années, le rôle que ce centre joue vis à vis de l'espèce panda géant est un rôle de secours aux pandas en difficulté retrouvés dans les Monts Qinling mais aussi un rôle dans l'élevage en captivité de l'espèce et un rôle de recherche scientifique.

Cet établissement collabore amplement avec les deux autres grandes institutions chinoises chargées de l'élevage du panda géant en captivité que sont la base de Chengdu et le Centre chinois de recherches et de conservation du panda géant. Cette collaboration consiste au partage de connaissance, à l'échange de pandas pour la reproduction, en une collaboration vétérinaire et scientifique.

Le nombre et l'identité des pandas hébergés dans la base de Louguantai varient fréquemment, en fonction notamment des échanges avec Chengdu et Bifengxia, mais aussi avec les deux autres bases du SWARC (Hanzhong et Huayang) et avec d'autres zoos. Selon les périodes de l'année, en fonction des prêts et/ou échanges de pandas en cours, la base de Louguantai compte entre 10 et 15 pandas géants.

L'implication de ce centre dans l'élevage en captivité de l'espèce s'est concrétisée en 2003 lorsque Xue Xue a donné naissance à des jumeaux le 2 août dont un a survécu, la femelle Lou Sheng (= Yang Yang). La valeur de Lou Sheng est haute génétiquement parlant car sa mère Xue Xue et son père Ping Ping sont tous deux nés dans le milieu naturel et les gènes "sauvages" sont ainsi maintenus et introduits dans la population captive du centre. D'autant plus que Lou Sheng est à son tour devenue mère de jumeaux le 18 août 2009 (Long Long et Feng Feng) et qu'elle a donc transmis à son tour ses gènes précieux.

En tout de 2003 à 2013, ce sont 10 portées qui ont vu le jour au centre de Shaanxi :

     - 2 août 2003 : Xue Xue a donné naissance à des jumeaux dont un seul a survécu. Il s'agit de Lou Sheng (voir ci-dessus).

     - 6 août 2005 : Xue Xue a donné naissance à des jumeaux, un des deux est mort seulement 3 jours après sa naissance (lire l'article). Le survivant est la femelle Xin Xin. A noter que ces jumeaux présentaient la particularité d'avoir un père différent, ce qui est très rare. En effet Xin Xin a pour père Ding Ding, le mâle qui s'est accouplé avec Xue Xue tandis que le jumeau décédé avait comme père Ping Ping avec la semence duquel Xue Xue avait été en parallèle inséminée.

     - 27 juillet 2008 : Zhu Zhu a donné naissance à Qin Chuan, un mâle (lire l'article).

     - 29 juillet 2008 : Yalaoda a donné naissance à une portée jumelle (lire l'article). Seul le mâle Le Le a survécu.

     - 18 août 2009 : Lou Sheng a donné naissance à Long Long (mâle) et Feng Feng (femelle) (lire l'article).

     - 4 septembre 2009 : Zhu Zhu a donné naissance à Ya Ya, une femelle (lire l'article).

     - 14 septembre 2010 : Xue Xue a donné naissance à un petit qui n'a pas survécu.

     - en 2012, Xin Xin a donné naissance à des jumeaux qui n'ont pas survécu.

     - 18 juillet 2013 : Xin Xin a donné naissance à une femelle (lire l'article).

     - 27 septembre 2013 : Zhu Zhu a donné naissance à une femelle (lire l'article).

La base de Louguantai comporte deux grands secteurs dédiés aux pandas géants. Le premier est celui que l'on rencontre peu après l'entrée, avec un bâtiment auquel est rattaché un grand enclos extérieur. Enfin, un autre secteur comporte des bâtiments formant un cercle, ces bâtiments comportent des enclos intérieurs et distribuent des enclos extérieurs, sur la courbe extérieure du cercle. A l'intérieur de ces bâtiments, un espace central est composé de verdure où les soigneurs travaillent et peuvent circuler d'un bâtiment vers l'autre.

 


Premier bâtiment dédié aux pandas géants, qui hébergeait les jours de mes visites Qi Zai et Qing Qing - 16 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE

 


Des maisons en forme de cercle distribuent des enclos extérieurs et laissent place à une agréable cours intérieure
16 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE

 


Un des enclos extérieurs rattachés aux bâtiments formant un cercle ; en fond les Monts Qinling - 16 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE

  

 Pour en savoir plus :

        > 18 octobre 2013 : Zhu Zhu a donné naissance le 27 septembre à Louguantai

        > 9 octobre 2013 : Xin Xin a donné naissance le 18 juillet à Louguantai 

        > 4 septembre 2009 : Zhu Zhu a mis bas au centre de recherches et de reproduction des espèces rares du Shaanxi

        > 18 août 2009 : Lou Sheng donne naissance à des jumeaux au centre de sauvetage des espèces animales rares du Shaanxi (Chine)

        > 29 juillet 2008 : Ya Lao Da donne naissance à des jumeaux au centre de recherches et de sauvegarde des animaux sauvages de Shaanxi (Chine)

        > 27 juillet 2008 : 6 naissances en Chine en l'espace de 14 heures : le dimanche 27 juillet au matin, Zhu Zhu donne naissance

        > 6 Août 2005 : Xue Xue donne naissance à des jumeaux à Shaanxi

 

 

Citons quelques pandas secourus dans les Monts Qinling et transférés au centre de Louguantai :

 

    - Xiao Ming, secouru le 20 mars 2007 dans le comté de Taibai (province du Shaanxi). Il était âgé de plus de 20 ans et était presque aveugle lorsqu'il a été trouvé, souffrant d'une grave néphrite (inflammation des reins), de maladies parasitaires et de plusieurs blessures. Après un an de traitements au centre, son état s'était amélioré et son poids était passé de 58 à 120 kg. Ce panda a même été opéré en décembre 2008 de la cataracte. Il est malheureusement décédé en mars 2010.

 

Pour en savoir plus :

        > 17 juin 2009 : Deux femelles inséminées avec du sperme de Xiao Ming

        > 22 février 2009 : Xiao Ming, un panda sauvage secouru en 2007 et opéré de la cataracte fin 2008

 

     - Niu Niu, une femelle, a été trouvée fin décembre 2006 par un résident du village de Dajiangou dans le comté de Taibai au Shaanxi. Gravement blessée suite à une bagarre avec d'autres pandas, cette femelle a survécu suite aux soins qui lui ont été délivrés. Elle a perdu les deux tiers de sa patte avant gauche dans la lutte, mais vit toujours à Louguantai.

 


Niu Niu, une femelle très curieuse et rescapée de graves blessures - 16 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE

 

Pour en savoir plus : 7 Mars 2007 : Un panda géant sauvé mais amputé et à la recherche d'une prothèse

 

      - Er Lang, un mâle, a été secouru à l'âge d'environ 3 mois, le 23 décembre 2009. Ce jour là, trois résidents du village d'Erlangba (comté de Taibai, province du Shaanxi), ont découvert un bébé panda sauvage dans la réserve naturelle de Niuweihe (Monts Qinling), pesant 7 kg et souffrant de déshydratation. Il a été transféré au centre de sauvetage et de recherche sur les animaux sauvages du Shaanxi pour y être soigné. Ce panda est élevé avec les pandas nés au centre en 2009.

 


Er Lang, secouru, âgé d'environ 3 mois

 


Er Lang, dans un des enclos intérieurs du secteur en forme de cercle - 16 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE

  

Pour en savoir plus : 16 février 2010 : Un bébé panda sauvage secouru en décembre dernier dans la réserve naturelle de Niuweihe (Monts Qinling) 

 

     - Le mâle Qi Zai est "l'attraction" de la base de Louguantai car ce panda a la particularité d'avoir une fourrure marron et blanche (brune et blanche) et non noire et blanche. Il avait été découvert le 1er novembre 2009 (lire l'article) par des chercheurs dans la réserve naturelle de Foping dans les Monts Qinling (province du Shaanxi). Les conditions et les justifications de sa capture demeurent floues (la mère du jeune panda aurait été aperçue à l'époque, ce dernier ne serait donc pas abandonné) mais toujours est-il que ce panda a été capturé et placé en captivité au centre de Louguantai.

 

Le jeune panda marron et blanc, capturé en novembre 2009 et placé au centre de sauvetage et de recherche sur les animaux sauvages du Shaanxi. Novembre 2010.
Photos de Rebecca Yale (
www.rebeccayale.com) 

 


Qi Zai, le mardi 16 juillet 2013, dans son enclos intérieur à cause des fortes chaleurs - © Jérôme POUILLE

 

 
Qi Zai, le mercredi 17 juillet 2013, dans son enclos intérieur - © Jérôme POUILLE

 

Les scientifiques ne savent pas encore exactement pourquoi certains pandas sont marrons et blancs. Un thèse avancée par le célèbre spécialiste du panda, le Professeur Pan Wenshi, considère que la couleur marron/brune est un trait primitif. D'après lui, cette couleur brune serait due à un gène récessif qui ne s'exprime que dans les cas d'homozygotie (il faut que les deux parents apportent le gène "marron" pour que le jeune soit lui aussi marron et blanc). Ces conditions d'expression du gène, qui sont très limitées, prouvent que les jeunes pandas marrons et blancs sont le résultat de taux de consanguinité plus élevés.

Ce jeune panda né à la saison 2009 a été élevé avec les autres pandas nés en 2009 dans le centre mais également avec Er Lang capturé fin décembre 2009.

  

Pour en savoir plus : 9 novembre 2009 : Découverte d'un bébé panda marron et blanc dans la réserve naturelle de Foping

 

     - Qing Qing est une femelle dont l'année de naissance est estimée à 1985. Elle a été capturée dans le milieu naturel en mars 2001 et est maintenant âgée d'environ 28 ans. Cette femelle est mondialement connue, sous son vrai nom, son nom originel, Jiao Jiao. Cette femelle est celle étudiée par Pan Wenshi et Lu Zhi dans les années 1990 dans la réserve naturelle de Changqing. Nommée par les deux chercheurs Jiao Jiao, "Double charme", elle avait été suivie par les deux scientifiques, notamment car elle avait donné naissance à six petits dans le milieu naturel, ce qui avait permis d'enrichir les connaissances sur les mœurs des femelles pandas dans le milieu naturel. Elle a été capturée, ainsi que son petit, Yuan Yuan, sans justification autre que la volonté de l'inclure aux programmes d'élevage en captivité, et même le Professeur Pan Wenshi s'était fait écho du scandale de cette capture. Jiao Jiao, alias Qing Qing, avait fait la couverture de nombreux magazines dans le monde entier, dont le National Geographic de février 1993.

 


Qing Qing, voisine de Qi Zai les jours de mes visites - 16 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE

  

Pour en savoir plus :

        > Ma visite à la base de Louguantai des 16 et 17 juillet 2013 : Davantage d'informations et de photos

        > La réintroduction de pandas captifs dans le milieu naturel, expérimentation passée et programmes futurs 

 

Pour terminer, signalons que ce centre accueille des volontaires qui souhaite s'investir dans les tâches quotidiennes de soins aux pandas. Deux organismes servent d'intermédiaire pour postuler en tant que volontaire :

i-to-i : http://www.i-to-i.com/volunteer-projects/volunteer-panda-conservation-in-china.html

Wild Giant Panda : http://www.wildgiantpanda.info/rescuevolunteer1.htm

 

 

 

 

La base de recherches de Chengdu sur l'élevage du panda géant

 

La base de recherches de Chengdu sur l'élevage du panda géant (Chengdu Research Base of Giant Panda Breeding), située dans les quartiers nord de la ville de Chengdu et communément appelée base de Chengdu, est une organisation engagée dans la recherche scientifique, l'élevage en captivité, l'éducation à la conservation, la coopération nationale (avec d'autres zoos et des universités) et internationale et le tourisme en liaison avec le panda géant, espèce phare de la base. Elle est dirigée par le Dr. Zhang Zhihe.

 


 


La base de Chengdu a fait peau neuve en 2013 avec une nouvelle entrée - 3 mai 2013 - © Jérôme POUILLE

 


L'emblème indémodable de la base - 3 mai 2013 - © Jérôme POUILLE

 

La base de Chengdu a été fondée en 1987 avec six pandas géants secourus du milieu naturel. Aujourd'hui (2014), la base abrite une petite centaine de pandas géants mais est "propriétaire" d'autres pandas envoyés dans plusieurs zoos chinois et étrangers. Elle coopère notamment avec le zoo de Chengdu, le centre de sauvetage et de recherche sur les animaux sauvages du Shaanxi, le zoo de Chongqing, le zoo de Beijing, le zoo de Changsha, le zoo d'Anji et dans une moindre mesure avec le Centre chinois de recherches et de conservation du panda géant.

 


La femelle Meng Meng dans le secteur "Sunshine nursery house" de la base de Chengdu - 24 juin 2013 - © Jérôme POUILLE

 

D'une superficie de plus de 100 hectares et très arborée, notamment au fil des allées bordées de bambous, la base comprend plusieurs secteurs. Juste après l'entrée principale dont la façade représente un panda, les visiteurs peuvent se renseigner au centre de services pour les touristes. La visite de la base peut se faire librement ou accompagné d'un guide. Les enclos des pandas géants se répartissent dans huit grandes zones : "No.14 enclosure" qui est l'un des secteurs les plus anciens de la base à proximité de l'entrée principale, "giant panda cub enclosure" au centre de la base où se trouvent généralement une partie des jeunes âgés de 1 à 2 ans, "adult enclosure" et "sub-adult enclosure" également au centre de la base où sont généralement hébergés des pandas adultes et pré-adultes, "No.1 panda house" et "No.2 panda house" au nord-ouest de la base où sont généralement hébergés des pandas adultes et des jeunes âgés de deux ans, et enfin deux nurseries "sunshine nursery house" et "moonlight nursery house", la première au centre de la base, la seconde au nord-ouest, où se trouvent les femelles potentiellement enceintes et les petits nés juste l'été précédent. La base de Chengdu comprend en outre deux grands secteurs où sont hébergés une centaine de pandas roux, et un petit secteur où sont hébergés quelques faisans dorés. Enfin, des équipements complémentaires sont surtout implantés dans la partie ouest : l'administration de la base, la salle de conférence, le musée, l'ancien hôpital vétérinaire et le nouveau, le secteur "cuisine" où sont préparés les bambous et les compléments alimentaires - dont le gâteau spécial panda - destinés aux deux espèces de pandas, une salle de projection de films, le secteur de quarantaine et de nombreux restaurants et boutiques de souvenirs. Sur la base est enfin implanté le  laboratoire sur la conservation et la génétique des espèces en danger de la province du Sichuan (Key Laboratory for Reproduction and Conservation Genetics of Endangered Wildlife of Sichuan Province) dirigé par Madame Hou Rong, lieu de recherches scientifiques appliquées sur le panda géant dans les domaines de la génétique, de la reproduction assistée par l'homme, de l'écologie des populations sauvages, des maladies et affections qui touchent les pandas, de la nutrition, ou encore du comportement.

 


 Mao Mao (la plus à gauche) et six des jeunes nés en 2011 se régalent des jeunes pousses de bambous.
Giant panda cub enclosure - 13 mai 2013 - © Jérôme POUILLE

 


Le panda roux, l'autre espèce de pandas étudiée et présentée à la base de Chengdu - 2 juillet 2013 - © Jérôme POUILLE

 


Analyse ADN de fèces de pandas sauvages, crottes collectées dans le milieu naturel lors du recensement de 2012-2013.
Key Laboratory for Reproduction and Conservation Genetics of Endangered Wildlife of Sichuan Province - 30 mai 2013 - © Jérôme POUILLE

 

La base de Chengdu a établi dès 2000 un département d'éducation à la conservation qui compte aujourd'hui plus de dix personnes.  Le personnel du département d'éducation à la conservation coopère avec de nombreuses institutions étrangères notamment pour recevoir des formations, formations que la base de Chengdu peut ensuite dispenser dans d'autres zoos chinois. Le zoo d'Atlanta et l'Association des zoos et aquariums (AZA - Association of Zoos and Aquariums) sont des partenaires importants de la base de Chengdu pour transmettre aux chinois les connaissances acquises dans ce domaine dans les pays occidentaux. La base de Chengdu dispense également des formations au personnel qui travaille dans les réserves naturelles afin que ces gardes et éducateurs puissent à leur tour faire de l'éducation à la conservation auprès des villageois et des écoles dans les campagnes. Tous les étés, la base de Chengdu monte des camps d'été, principalement à destination des enfants, dans des réserves naturelles pour les sensibiliser aux richesses naturelles de leur territoire et à la nécessité de protéger leur environnement. En 2013, la base de Chengdu a lancé un programme de sensibilisation contre le trafic animal et le commerce des espèces sauvages. Enfin, la base de Chengdu a également un programme d'éducation à la conservation des pandas roux et fait de nombreuses interventions dans les écoles à ce sujet.

La base de Chengdu mobilise principalement 6 canaux pour favoriser cette éducation à la conservation :

  - la formation, notamment d'enseignants, du personnel des réserves naturelles, des parents, des éducateurs dans les zoos,...

  - l'intervention auprès du public scolaire : participation aux programmes scolaires, intervention dans les écoles, expositions dans les écoles...

  - les projets dans les réserves naturelles : développement de supports pour les activités, camps d'été pour les enfants,...

  - les programmes vis à vis des communautés locales : expositions, réunions, échanges...

  - l'éducation des touristes : programme dans les réserves naturelles, activités à la base de Chengdu avec les adultes et les élèves, camps d'été à la base, volontariat,...

  - l'édition de supports : livres, revues, site internet ; et événements ponctuels : l'opération WWF Earth Hour avec le panda Mei Lan, Chengdu Pambassador, nouvel an chinois,...

La création en 2000 de ce département d'éducation à la conservation, à la fois à la base de Chengdu mais aussi au zoo de Chengdu, a été rendue possible grâce au soutien du zoo d'Atlanta et au travail de Sarah Bexell, toujours à temps partiel chaque année à la base Chengdu pour mettre en œuvre de nouveaux projets d'éducation à la conservation.

La base de Chengdu a établi dès 1987 la Fondation de Chengdu sur la recherche et l'élevage du panda géant (Chengdu Giant Panda Breeding Research Foundation). C'est une organisation à but non lucratif et enregistrée auprès des autorités chinoises. L'objectif principal de cette fondation est de fournir des fonds pour l'élevage et la conservation du panda géant et d'autres espèces animales en danger, de protéger la biodiversité et l'environnement, et ce pour améliorer la conservation ex situ et in situ des espèces en danger. Pour cela, depuis son établissement, la Fondation a collecté 100 000 000 RMB (environ 12,3 millions d'euros) au travers de différents canaux : le grand public, les entreprises et les organisations. La Fondation affecte ensuite les fonds collectés à des projets préalablement sélectionnés. Ainsi, depuis son établissement, la Fondation a subventionné plus de 220 projets de recherche scientifique dans les domaines de la nutrition, de l'élevage, du contrôle des maladies, des hormones de la reproduction, de la génétique, mais aussi en faveur de projets écologiques et d'éducation à la conservation. De plus, 230 chercheurs engagés dans la conservation du panda géant ont bénéficié de formations. Les bénéficiaires de ces fonds sont la base de Chengdu, le Sichuan Key Laboratory of Conservation Biology on Endangered Wildlife, le zoo de Chengdu mais aussi 5 grandes universités chinoises, les réserves naturelles de Longxi-Hongkou et de Baishuihe, et d'autres organisations de recherche et de conservation du panda géant. Plusieurs travaux scientifiques supportés par la Fondation ont donné lieu à des publications majeures dans les journaux scientifiques internationaux ou chinois. La Fondation a également financé la construction d'une partie de la base de Chengdu, mais aussi du Muséum du panda géant à l'intérieur de la base, et subventionne la construction de la Vallée du Panda à Dujiangyan. Dans les années passées, la Fondation a également joué un rôle clef pour encourager la coopération scientifique et les échanges entre les organismes chinois et les organisations internationales de conservation de la vie sauvage, dont l'IUCN/SSC/CBSG, Conservation International, Association of Zoos and Aquariums (AZA), l'Université de Liverpool, l'Université de Nihon,...

Une des sources de fonds pour la Fondation est l'activité dénommée "Panda keeper experience", que les visiteurs de la base de Chengdu peuvent choisir. Le prix de l'activité est de 2000 RMB (environ 250 euros), soit un tarif plutôt élevé, donc il faut percevoir cette activité avant-tout comme une forme de donation. Durant 30 minutes, les participants vont écouter une présentation générale de l'espèce, vont pouvoir laver des bambous et enfin le clou de l'activité : prendre une photo avec un jeune panda. Des sommes importantes sont collectées via ce canal, sommes revenant en intégralité à la Fondation, et servant à financer les différents projets mentionnés ci-dessus.

En plus des activités programmées de la Fondation, et des programmes qui sont sponsorisés chaque année après une validation en comité de pilotage, la Fondation intervient également sur des projets d'urgence, notamment en matière d'éducation à la conservation. Une autre forme directe d'aide pour la Fondation est le volontariat. Seules 33 personnes sont salariées et de nombreux experts ou autres personnes aident temporairement l'association. Enfin, deux autres formes de support financier sont possibles : le don direct d'argent et l'adoption de pandas, géant ou roux. La donation consiste à donner de l'argent pour supporter un projet défini et le don est encadré par un contrat. L'adoption consiste à adopter symboliquement un animal durant une période d'un an ou plus, voire pour la durée de vie de l'animal. Le donateur reçoit des nouvelles régulières du panda qu'il a adopté et peut même renommer l'animal. D'autres bénéfices lui sont accordés.

Enfin une autre source d'argent pour la Fondation est l'argent des prêts de pandas hors de Chine. Ce n'est plus un secret, les zoos qui hébergent des pandas versent une somme annuelle (environ 1 000 000 dollars US par an) et l'utilisation de cet argent est strictement encadrée par les contrats qui régissent les prêts. Ainsi, dans les cas des pandas prêtés par la base de Chengdu, 51% de la somme revient à l'Administration d'Etat des Forêts (State Forestry Administration) pour la protection des pandas sauvages et de leur habitat ; et le reste du montant, soit 49% revient à la Fondation. Ainsi, l'argent ne sert par exemple pas à payer le salaire du personnel de la base, ni les charges courantes. Il est uniquement mobilisable pour les projets de la Fondation que j'ai détaillé ci-dessus.

Comme précisé précédemment, la base de Chengdu joue un rôle important dans l'élevage en captivité de l'espèce. Depuis sa création, elle a vu naître de nombreux bébés et les experts de la base privilégient depuis quelques années les accouplements naturels à l'insémination artificielle, ainsi que l'élevage par une mère panda des petits, et non un élevage exclusif par l'homme. Les chercheurs et vétérinaires de la base, qui travaillent sur les sujets de la nutrition, de la médecine vétérinaire, du comportement et de la biologie du panda partagent également leurs connaissances lors du Meeting technique annuel sur le panda qui réunit les experts du panda du monde entier pour améliorer la gestion en captivité des pandas.

 


Les 7 bébés nés en 2012 à la base de Chengdu - 30 octobre 2012 - © Jérôme POUILLE

 

Ces dernières années, la base de Chengdu a coopéré avec de nombreuses organisations internationales dont l'Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN/SSC/CBSG), l'Association américaine des zoos et aquariums (American Zoos and Aquariums Association = AZA), l'Association japonaise des zoos et aquariums (Japanese Zoo and Aquarium Association). La base a fait une large place aux actions de promotion des espèces rares et menacées de Chine.

La base de recherches de Chengdu sur l'élevage du panda géant dispose depuis 2012 d'une antenne à Dujiangyan, nommée la vallée du panda (Panda valley). Cette antenne est également connue sous le nom de Centre de Dujiangyan Chengdu de recherches sur le terrain sur les pandas géants (Dujiangyan Chengdu Field Research Center for Giant Pandas) et elle spécifiquement conçue pour mener des recherches sur la réintroduction potentielle dans la nature de pandas nés en captivité (lire le chapitre consacré à cette base sur la page dédiée à la réintroduction de pandas captifs dans le milieu naturel).

 

Pour en savoir plus : Davantage d'informations et de photos sur la base de Chengdu et les rôles qu'elle joue :

        > Mes activités à la base de Chengdu en juillet 2013

        > Mes activités à la base de Chengdu en juin 2013

        > Mes activités à la base de Chengdu en mai 2013

        > Ma chronique durant les phases finales du concours Pambassador du 14 au 17 novembre 2012 à la base de Chengdu

        > Ma chronique durant les phases finales du concours Pambassador du 27 octobre au 13 novembre 2012 à la base de Chengdu

 


Ya Zai - Giant panda cub enclosure - 16 mai 2013 - © Jérôme POUILLE

 


Fu Fu - Sunshine nursery house - 16 mai 2013 - © Jérôme POUILLE

 

 

 

La base de Ya'an Bifengxia du Centre Chinois de Recherches et de Conservation du Panda Géant

  

La base de Bifengxia est une antenne du Centre Chinois de Recherches et de Conservation du Panda Géant (China Conservation and Research Centre for the Giant Panda) initialement implanté à Wolong, avec sa base de Wolong, malheureusement détruite par le séisme du 12 mai 2008.

 


 

La base de Bifengxia tient son nom de la vallée où elle est implantée et d'un village du même nom, placé sous la juridiction de la ville de Ya'an, située à environ 8 kilomètres de Bifengxia et à environ 150 kilomètres de Chengdu. Les touristes peuvent rejoindre la ville de Ya'an en 2h30 de bus à partir de Chengdu puis prendre un mini-bus privé entre Ya'an et Bifengxia.

En plus d'être le lieu d'implantation de la base des pandas, la vallée de Bifengxia est également un site touristique réputé à Ya'an. D'une altitude comprise entre 800 et 2400 mètres, cette vallée aux pentes abruptes et à la végétation semi-tropicale est accessible aux visiteurs pour une randonnée jalonnée de cascades. La température annuelle moyenne de la vallée est comprise entre 12 et 14°C et les précipitations annuelles entre 1500 et 1800 mm. L'humidité relative est d'environ 80% durant toute l'année. Selon un recensement préliminaire, la vallée héberge au moins 2000 espèces de plantes supérieures dont 400 espèces d'arbres, 100 espèces différentes de bambous et environ 200 espèces de fougères. Auxquels il faut ajouter de nombreuses espèces de bryophytes (mousses).

 


La vallée de Bifeng, un paysage verdoyant, magnifique et riche en biodiversité - 29 juin 2013 - © Jérôme POUILLE

 

Les gorges de Bifeng sont aussi le lieu d'implantation d'un zoo et de nombreux autres loisirs et hôtels.

L'Administration d'État des Forêts (SFA : State Forestry Administration) a investi près de 30 millions de yuans (2,8 millions d'euros) en 2001 pour construire à Bifengxia cette base qui à l'époque constituait une antenne du centre de Wolong. Depuis le séisme du 12 mai 2008, lors duquel le centre de Wolong a été en partie détruit, la base de Ya'an Bifengxia est devenue la base principale du Centre Chinois de Recherches et de Conservation du Panda Géant. D'ailleurs de nombreux pandas du centre de Wolong ont été transférés vers cette base peu après le séisme.

La base de Ya'an Bifengxia a été ouverte en décembre 2003. Elle se situe à une altitude comprise entre 1 100 et 1800 mètres et occupe près de 72 hectares. Une grande porte et des pandas sculptés marquent l'entrée de la base.

 


Entrée de la base de Ya'an Bifengxia, dans la vallée de Bifengxia - 17 mai 2013 - © Jérôme POUILLE

 


La statue peu après l'entrée dans le site qui représente deux pandas qui jouent ensemble
17 mai 2013 - © Jérôme POUILLE

 

Cette base comporte plusieurs grands secteurs qui hébergent tous plus ou moins de pandas, mais ces derniers sont très fréquemment échangés d'un enclos à un autre et d'un secteur à un autre, pour les besoins notamment de la reproduction mais aussi car il est préférable pour les pandas de découvrir de nouveaux espaces.

Juste après l'entrée se trouvent sur la droite un bâtiment en surplomb qui abrite l'administration de la base et le Wolong Panda Club (auprès de qui on peut s'inscrire pour devenir volontaire ou bien adopter un panda, ou bien encore sponsoriser la base).

Le premier secteur que l'on rencontre est dénommé "Baixiongping" ou encore "White bear ground". Il abrite plusieurs pandas. Plus loin, on rencontre ensuite le secteur "Panda kindergarten" où se trouvent la nurserie et généralement les petits nés l'été précédent, répartis dans deux enclos extérieurs. Ensuite, sur la droite en surplomb se trouve le secteur "Old breeding center" qui comporte quatre grands enclos extérieurs. Plus loin, un secteur plus récent est dénommé "New Leopard Mountain". Il comporte plusieurs bâtiments qui distribuent des enclos extérieurs. Enfin, à l'extrémité de la vallée se trouve le secteur "Old Leopard Moutain" nommé aussi "Overseas pandas". Plusieurs villas distribuent là également plusieurs enclos extérieurs.

 


Jeunes pandas nés l'été 2012 à la base de Ya'an Bifengxia - Panda kindergarten - 17 mai 2013 - © Jérôme POUILLE

 

A ces différents secteurs, il faut ajouter des secteurs non accessibles pour les visiteurs :

   - "New breeding center" (nouveau centre d'élevage), le plus récent, un bâtiment rectangulaire qui abrite une douzaine d'enclos intérieurs et extérieurs et qui est le centre névralgique de la saison des amours. Un cheminement piéton sur le toit permet de surveiller de près les pandas lorsqu'ils sont placés ensemble pour la reproduction et de notamment agir rapidement en cas de combat.

   - Centre de recherches,

   - Hôpital vétérinaire,

   - Quelques maisons et enclos temporaires pour des pandas.

La base est étalée, en longueur, dans la vallée. C'est une vallée profonde et la base est entourée de montagnes parsemées de brume, un atmosphère très proche du milieu naturel, même si malheureusement il fait très chaud à Bifengxia l'été.

Les enclos extérieurs sont pour la plupart spacieux, arborés et avec beaucoup de végétation. Conformément au relief local, ils sont souvent escarpés et sont établis sur le flanc des montagnes. Ils disposent de plate-formes et ont un aspect assez naturel. Ils diffèrent complètement de ceux de Chengdu, notamment par le fait qu'ils soient escarpés et plus "biscornus" pour adopter le relief local. Les enclos intérieurs sont très rudimentaires de même que les bâtiments qui les abritent. Les enclos intérieurs sont climatisés car les étés à Bifengxia peuvent être très chauds.

 


Vue sur les enclos extérieurs du secteur "Old breeding center", dont les formes et les limites épousent le relief local.
Old Leopard Mountain - 17 mai 2013 - © Jérôme POUILLE

 


La base de Bifengxia a intégré ses enclos dans le paysage, et ces derniers ont épousé le relief local.
Vue sur les enclos du secteur "Baixiongping" - 29 juin 2013 - © Jérôme POUILLE

 

La base est située dans un site à l'environnement naturel assez exceptionnel et ainsi elle donne assez peu l'impression d'un zoo, tel qu'on peut l'imaginer bien organisé avec des allées propres. Ici il n'en est rien. Entre deux secteurs éloignés, c'est l'environnement naturel qui prédomine et les différents secteurs semblent posés par ci et là au milieu d'un site naturel très verdoyant et luxuriant en tout cas en cette saison. Les enclos, comme mentionné plus haut, ont été établis sur le terrain naturel, escarpé et de hauts murs ont été construits pour transformer ce terrain naturel à flanc de montagnes, en enclos dont les formes sont plus guidées par le relief local que par des plans d'architecte.

Plusieurs pandas envoyés dans les zoos étrangers proviennent de cette base.

Le Centre Chinois de Recherches et de Conservation du Panda Géant disposent de deux autres bases, celle d'Hetaoping, sur les lieux de l'ancienne base de Wolong, dédiée à un programme de réintroduction (lire le chapitre consacré à cette base sur la page dédiée à la réintroduction de pandas captifs dans le milieu naturel), et celle de Dujiangyan, un centre vétérinaire également connu sous les noms de Juandongguo Shiqiao ou de Qingchengshan. En remplacement du centre de Wolong était également prévue une autre base, à Gengda, dite base de Shengshuping, mais elle est toujours en construction et demeure inachevée.

Le Centre Chinois de Recherches et de Conservation du Panda Géant, placée sous la tutelle de la réserve naturelle de Wolong et du Ministère chinois des forêts, remplit plusieurs rôles : l'élevage en captivité de l'espèce, la recherche scientifique, l'éducation du public et des visiteurs, la sensibilisation et le soutien aux populations sauvages via le programme de réintroduction.

 

Pour en savoir plus : Davantage de photos et d'informations dans mes comptes-rendus de visites et sur la destruction du centre de Wolong :

        > Ma visite à la base de Bifengxia des 29 et 30 juin 2013

        > Ma visite à la base de Bifengxia du 17 mai 2013

        > 8 mars 2012 : Le terrible séisme de 2008 aurait eu un impact limité pour les pandas sauvages : toutes les informations sur les deux bases en remplacement de celle de Wolong

        > 5 mai 2011 : Le futur centre vétérinaire pour les pandas malades et âgés devrait également être terminé avant fin 2012

        > 30 mai 2008 : Séisme en Chine : Quel avenir pour le centre de Wolong ?

 

La base de Ya'an Bifengxia offre différentes possibilités de s'impliquer dans la sauvegarde du panda et la vie de la base. Il est possible d'adopter un panda et ainsi recevoir fréquemment de ses nouvelles (accéder au site spécial), ou encore de travailler comme volontaire. Pour en savoir plus sur les modalités pour effectuer de 2 à 4 semaines de volontariat dans cette base, se renseigner directement auprès du Wolong Panda Club ou bien via l'association américaine Pandas International.

Wolong Panda Club : http://www.pandaclub.cn/english/panda_club/volunteer/3822.html

Pandas International : http://www.pandasinternational.org/wptemp/volunteer-travel/

 

 

 
Wu Gang, un mâle né dans le milieu naturel en 1999. Il est le père de nombreux pandas.
Old Leopard Mountain - 17 mai 2013 - © Jérôme POUILLE

 


Bai Yang est un mâle né dans le milieu naturel en 2004. Il a été capturé en mars 2005 dans le comté de Baoxing.
Old Leopard Mountain - 17 mai 2013 - © Jérôme POUILLE

 


Shui Xiu, secourue dans le milieu naturel en mars 2008 et amputée d'un morceau de sa patte avant gauche. Malgré son handicap,
Shui Xiu est très agile et est ici perchée très haut dans un arbre du secteur "New Leopard Mountain".

New Leopard Mountain - 30 juin 2013 - © Jérôme POUILLE